Infos actualités
> Actualités professionnelles
  Réseau de dépositaires
> Présentation
  Métier
> Documents métier
> Management
  Juridique
> Presse
> Social
  Support d'information
> La Tribune du Réseau Presse
  Evènements
> Trophées du Réseau Presse
> Prix Maison de la Presse
  Espace diffuseurs
> Q/R juridiques
> Modèles de lettres
> Aide à la modernisation
> Merchandising

  Accueil Où nous trouver ?
Rechercher 
 
Espace diffuseurs >
Questions-réponses juridiques  l   
 
 
> Création et reprise     > Droits et obligations du diffuseur    > Finances du diffuseur   > Social> Fiscal  > Société   > Bail  > Banque  > Divers

Quel est le chiffre d'affaires fiscal du diffuseur de presse ?

L’activité du diffuseur de presse est composée :

· d’activités de commission, qu’il s’agisse de la presse ou d’autres activités complémentaires (tabac, tickets de jeux, …).
· d’activités d’achat-vente, très classique dans tous les commerces (papeterie, jouets, bimbeloterie, etc.…)

Dans les activités commissionnées, les diffuseurs ne sont pas propriétaires des marchandises. Ils sont commissionnaires-ducroire. Les marchandises sont donc mises en dépôt dans le point de vente jusqu’à l’achat par le client (presse, tabac, tickets de jeu…). Le transfert de propriété s’opère par l’achat et le diffuseur est tenu de restituer les marchandises invendues.

Pour la presse, le chiffre d’affaires fiscal est déterminé par le montant des commissions perçues sur les ventes (et non pas par le chiffre d’affaires prix public) déduction faite des commissions éventuellement rétrocédées à un tiers (ce sera le cas par exemple lorsqu’un diffuseur rétrocède des commissions à un commerce voisin lorsque celui-ci vend pour son compte des quotidiens en dehors de ses heures d’ouverture). Ce chiffre d’affaires devra être complété, le cas échéant, par les rémunérations complémentaires.

Ce montant de commissions apparaîtra donc sur le compte de résultat pour sa valeur nette.
Le régime d’imposition des diffuseurs de presse est déterminé en fonction du montant des chiffres d’affaires annuels réellement perçus et la nature de leurs activités.

Références : Arrêt du Conseil d’Etat du 9 novembre 1981
Mise à jour : Février 2017
Georges Lavogez - SNDP
 
 
 
 
   Nouveau numéro
 
   En savoir plus